Insolites




Une trouvaille qui questionne.

Lors d'une recherche sur un nom, on tombe sur un registre matricule qui interroge.

En effet, l'état civil porte un prénom féminin : Jeanne.

Le conseil de révision l'ajourne et le met bon pour le service en le notant absent.

Dans la partie "détail des services et mutations diverses", le conscrit est noté "rayé de l'insoumission, est du sexe féminin"

Pourquoi cette personne a t'elle été convoquée devant le conseil de révision?

Tout simplement parce que son acte de naissance le porte sous le prénom de Jean.

Mais, autre énigme, l'enfant a été présenté à l'officier de l'état civil et il est bien inscrit:

"...nous a présenté un enfant de sexe féminin, née hier..."

État civil de Leyritz-Moncassin (47)

4E 152 16 page 25/224

La table décennale l'inscrit également sous le prénom de Jean.

Ceci nous porte à nous méfier des tables décennales qui, la plupart du temps, sont reprises à partir des seuls termes inscrits dans la marge de l'acte.

Une autre erreur apparaît sur la table décennale. Elle concerne la date de la naissance.

Elle est notée le 26 Octobre (8 Bre) alors que l'enfant est né "hier" soit le 25.

Cet exemple nous montre bien qu'en généalogie, comme dans toute enquête, tous les détails comptent.

C'est ce qui en fait le charme.

État civil de Leyritz-Moncassin (47)

5E 152 page 45/51.


Les comptes du curé de Lesparrou - 09


Rèf: BMS -1681-1736 page 72/119


On peut remarquer que:

Pierre VIDAL lui doit 18 sols (soit 25.13 €) et Andrieux TESCHEYRES, dit Ailhat, 3 livres (soit 83,76 €)